mercredi 27 mai 2015

Mycoses : le fléau des petites culottes - 1



Coucou les filles,

Aujourd'hui je vais aborder un sujet que beaucoup d'entre vous connaisse : les mycoses vulvaires.
Certaines femmes en ont attrapé et ne savent pas ce qu'elles ont, que se soit par pudeur, peur, tabou ou autre. Mais les filles, je vais vous dire un petit truc : il ne faut pas avoir honte ou être pudique dans ces cas là. Lorsque l'on a un problème vaginal et que l'on ignore de quoi il retourne n'hésitez pas à en parler, même à votre médecin généraliste si vous avez peur d'aller chez le gynéco. Il ne faut pas attendre. Mieux vaut s'inquiéter pour rien, que de laisser un petit soucis s'aggraver.


Je vais vous parler de mon expérience personnelle dans ce premier article.
Dans un second article, j'aborderai les symptômes et ce qu'il faut faire si vous penser en avoir et si vous en avez. Et surtout que faire pour éviter une rechute (ce qui est assez compliqué car malgré toutes mes précautions j'en ai rattrapé, mais vous en saurez plus en lisant l'article).


Mon expérience personnelle

La première fois
La première fois que j'ai attrapé des mycoses c'était en 2010 et ce n'était pas du tout réjouissant.
Pour commencer ça me démangeait et ça me brûlait à un point que je n'en dormait plus et que je n'arrivais plus à rien faire. Je me demandais ce qui ce passait et ce que j'avais. En plus des démangeaisons et des irritations j'avais des pertes épaisses et malodorantes (je compare encore ça aujourd'hui à de la Danette à la vanille, même consistance, même couleur, mais pas la même odeur).

(image : source)

Je me suis alors souvenue qu'une de mes amies avait attrapé des mycoses récemment et elle m'avait expliqué ses symptômes. Je l'ai donc contacté pour en parler avec elle et bingo : c'était bien des mycoses qui me rendaient la vie impossible.
Je suis donc allée à ma pharmacie pour leur demander un traitement. Le pharmacien m'a alors donné un ovule Econazole ainsi que la crème. Je me suis alors empressée le soir même à mettre l'ovule et à appliquer la crème comme il me l'avait indiqué. Mais misère !! Ça s'est mis à me démanger et à me brûler  encore plus, c'était devenu insoutenable. Je n'ai quasiment pas dormi de la nuit.
Le lendemain je suis donc allée voir mon médecin généraliste de l'époque et il m'a prescrit à la place un ovule Monazol et sa crème. Mon médecin m'a également dit d'acheter le soin lavant Saforelle pour ma toilette intime. Il m'a également précisé que l'Econazole n'est pas un traitement des plus récents et qu'il y a plus de réactions allergiques à ce traitement que de véritables guérisons.
Passons. Le soir, après être allé voir mon médecin, j'ai mis l'ovule et la crème Monazol. Et là, miracle ! Je sentais déjà les effets bénéfiques de ce traitement. Les démangeaisons s'atténuaient et ça me brûlait beaucoup moins.
"Monazol : je te vénère, Ô toi qui a calmé l'enfer de l'entre-jambe" Désolée, petit moment de craquage du cerveau. Mais je ne suis pas très loin de la vérité.
Au bout de quelques jours j'étais guérie et la paix était revenue dans ma petite culotte.



Les rechutes
Il ne faut jamais ce réjouir trop vite ! Je trouve que cette expression s'applique bien aux mycoses vulvaires.

Une fois les mycoses guéries, j'étais la plus heureuse du monde. Mais c'était sans compter sur mes nouvelles meilleures amies / ennemies... Et voila qu'un mois après, elles débarquent dans ma petite culotte.
Et rebelotte ! Mais cette fois-ci je savais quoi faire !! Surtout qu'entre-temps j'étais aller chez la gynéco. Elle m'avait précisé si ça revenait, je devais refaire le traitement Monazol puisqu'il avait bien marché.
Et c'est reparti pour me mettre l'ovule et la crème. Je ne sais pas pourquoi mais je voyais mon entre-jambe comme un four ou j'enfournais un plat pour le mettre au chaud. Mais ! C'est toujours le cas... Mais je me vois aussi comme une dinde en train d'être farcie !
Quelques jours plus tard j'étais guérie. Et j'étais une nouvelle fois sur un petit nuage.

Mais mes supers amies / ennemies ne voyaient et ne voient pas ça du même œil. Toujours là, à guetter le moment le moins propice pour revenir en force !
Pour résumer, durant un an, après mes premières mycoses, j'en ai eu régulièrement. Elles revenaient tous les deux à trois mois.
Et toujours le même rituel : ovule + crème Monazol. Mais également serviette uniquement pour les parties intime et que j'utilise une à deux fois maximum en période de mycoses ! Et lavage des serviettes, culottes... à 60°C à la machine. Je rajoute en plus un désinfectant. Mais je parlerai de ce produit dans un autre article qui lui sera consacré.
Les deux années suivantes j'attrapait toujours des mycoses, mais moins régulièrement. Tous les quatre à six mois.

(image culotte : source)


La dernière fois que j'en ai attrapé c'était en octobre 2013. Mais celles-ci étaient particulières. Les démangeaisons et les brûlures étaient très violentes. D'ailleurs mon expression du moment était : "une fourchette !! vite !!" Mais rassurez-vous je n'ai pas utilisé de fourchette pour me gratter et je luttait avec conviction contre cette envie irrépressible de me grattouiller l'entre-jambe. Et croyez-moi ce n'était vraiment pas facile.
J'ai alors utilisé le même traitement qu'à mon habitude : Monazol. Mais ça n'était plus efficace. J'ai donc contacter mon médecin généraliste que j'avais à ce moment-là (non non je ne change pas de médecin tous le temps, j'ai juste déménagé deux fois, études obligent). Il m'a alors prescrit un traitement de choc (ne me demandez pas lequel je ne m'en souvient absolument pas). Et cela a très bien fonctionné et très vite.

Depuis cette date, mes supers meilleures amies / ennemies n'étaient pas revenues jusqu'à maintenant. Cela fait presque une semaine que je me les coltines et que le Monazol n'est plus très efficace. Mais au moins il les limites. Ça ne s'aggrave pas mais ça ne guéri pas pour autant.
Ce matin j'ai donc pris contact avec la gynécologue de ma ville actuelle que j'étais allé voir en 2010. Mais elle ne pouvait pas me prendre en urgence avant lundi !! Elle est très demandé.
J'ai donc pris mon courage à deux mains et j'ai contacté un autre gynécologue, un homme cette fois-ci. Il faut savoir que je ne voulais absolument pas un homme, mais je me suis dit que je n'allais pas attendre à la Saint-Glinglin pour un rendez-vous. Je lui ai demandé si je pouvais avoir un rendez-vous rapidement car j'avais attrapé des mycoses. Quand il a entendu cela, il a regardé ses disponibilités pour me prendre rapidement. Et là, par chance, une de ces patientes avait annulé son rendez-vous de cette après-midi.
J'y suis donc allée, non sans appréhension vu que c'était un homme. Je ne vais pas rentrer dans les détails de la consultation, mais tout c'est bien passé. Il a été très gentil. Donc arrêt du Monazol que l'on remplace par un nouveau traitement. Il m'a prescrit plusieurs choses  :
- 2 ovules (un à mettre aujourd'hui et un autre dans 3 jours)
- une crème pour les démangeaisons et les irritations à appliquer matin et soir
- une gélule à avaler quand je veux.


Je vais m'arrêter là pour cet article. Je pense avoir fait le tour de mon expérience en matière de mycoses vulvaires.

Dans le prochain article  :
- quels sont les symptômes des mycoses vulvaires ?
- que faire si vous penser en avoir et si vous en avez ?
- et comment éviter une rechute ?

J'espère que cet article vous a plus et que mon expérience pourra vous aider et surtout que vous vous sentirez moins seules.

Edit du 28/05/2015
Hier soir j'ai donc mis l'ovule et appliqué la nouvelle crème. Je suis très contente, ça ne me gratte quasiment plus. Et en plus j'ai enfin pu dormir. Le nouveau traitement fait donc son effet !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire